• Une confiture comme je les aime, réalisée avec quelques fruits de la coupe. A savourer sur une belle tranche de brioche, sur un fromage blanc...

     

     Confiture de figues & raisin

     

    Ingrédients

     

    250 gr de figues

    120 gr de raisin Muscat

    Une étoile de badiane

    300 gr de sucre à confiture 100 % végétal

     

    Mettre dans une grande casserole les figues coupées en petits quartiers et les grains de raisin.

    Ajouter le sucre. Mélanger jusqu'à dissolution.

    Placer sur feu vif et cuire en ébullition 5 minutes.

    Placer en pot, fermer et retourner.

     


    4 commentaires
  • Aujourd'hui, un indice sur le lieu de nos vacances...

     

    Le Coco de Paimpol est un haricot blanc frais à écosser. Sa gousse est jaune pâle, marbrée de violet; son grain est blanc nacré. Il est commercialisé en sac de 10kg, 5kg, 1kg Premier haricot à obtenir une appellation d'origine contrôlée en France en 1997; depuis il a été reconnu au niveau européen et bénéficie maintenant d'une AOP (Appellation d'Origine Protégée).

     

    Ingrédients

     

    1 kg de Coco de Paimpol frais

    1 oignon

    2 clous de girofle

    2 carottes du jardin

    1 gousse d'ail

    1 bouquet garni (Thym, persil, laurier)

    Pour le beurre d'ail

    100 gr de beurre demi-sel

    3 gousses d'ail

    1 échalote

    Persil

    Poivre

     

    Coco de Paimpol au beurre d'ail

     

    Ecosser les haricots et les laver. Les mettre dans un faitout avec le bouquet garni, les carottes coupées en bâtonnets, la gousse d'ail écrasée et l'oignon piqué de clous de girofle.

    Couvrir d'eau. Ne pas saler. La peau des grains restera tendre.

    Cuire pendant 30 à 45 min à frémissement (90°C). Les grains n'éclateront pas.

     

    Coco de Paimpol au beurre d'ail

     

    Blanchir les gousses d'ail dégermées, puis les hacher au robot. Ajouter l'échalote, et le persil. Hacher finement de nouveau. Terminer avec la moitié du beurre froid, et le reste fondu pour obtenir une préparation homogène. Saler, poivrer.

    Ajouter aux cocos de Paimpol. A déguster avec des côtes de porc fermier.

     

    Coco de Paimpol au beurre d'ail

     

    Le coco de Paimpol se sème de mars à juin pour être récolté de début juillet à novembre.
    La récolte entièrement manuelle, est réalisée par des saisonniers appelés "plumeurs", qui doivent leur nom au geste qu'ils font pour arracher la gousse de la plante et qui s'apparente au plumage d'une volaille

     

    Source : Prince de Bretagne


    8 commentaires
  •  Chez nous, pas de saison pour savourer un bon jarret de porc fermier !

    La combinaison de deux cuissons pour une viande fondante.

     

    Ingrédients

     

    1 jarret de porc fermier label rouge

    1 verre de vin blanc

    1 oignon

    2 clous de girofle

    3 gousses d'ail

    2 petites carottes

    1 bouquet garni (Thym, laurier, persil)

    Gros sel, poivre en grain

     

    Jarret de porc en deux cuissons

     

    Dans la cocotte minute, préparer un bouillon aromatique avec 2 litres d'eau, le vin blanc, l'oignon piqué des clous de girofle, les carottes tranchées dans la longueur, le bouquet garni, le sel et le poivre.

    Porter à ébullition, ajouter le jarret. Fermer la cocotte et laisser cuire 45 min à partir du chuchotement de la soupape.

    Au bout du temps de cuisson, égoutter le jarret et le placer dans un plat allant au four. Réserver le bouillon.

    Enfourner à 180°C en chaleur tournante pour 1 heure. Arroser souvent d'un peu du bouillon aromatique. Le jarret prendra une belle couleur et restera moelleux.

    A déguster avec des pommes de terre sautées dans de la graisse de canard et de la moutarde.

    Jarret de porc en deux cuissons


    4 commentaires
  • Vous avez surement remarquer mon absence !!! Allez, vous avez le droit de vous plaindre... Je n'ai pas d'excuse, juste pas assez de temps.

    Pour mon retour, j'ai une belle surprise.

    Samedi dernier, nous sommes allés diner à L'auberge des Chenets, recommandée par des amis.

     

    L'Auberge Des Chenets

     Située à Valloux, dans l'Yonne sur la Route Nationale 6, maintenant D606, l'Auberge des Chenets est accueillante avec sa façade fleurie.

    Dès notre arrivée, son intérieur agréablement décoré, nous a séduit. Une belle harmonie de couleurs et d'objets.

     

    L'Auberge Des Chenets

     Les murs en pierres apparentes, les tableaux, les vitraux...

     

    L'Auberge Des Chenets

    L'Auberge Des Chenets

    La frise faite d'escargot fourchette, la vitre sérigraphiée de la porte, la grande cheminée...

     

    L'Auberge Des Chenets

     L'escargot fourchette est représenté jusque sur les assiettes et le rond de serviette.

    Nous avons reçu un accueil agréable et le service était parfait.

    L'Auberge Des Chenets

    Côté cuisine le chef Bernard Gillot vous propose des mets entièrement faits maison avec des produits frais du terroir.

    Côté cave, une belle carte des vins.

    Côté table, nous avons choisi :

     

    L'Auberge Des Chenets

    Sorbet de poivron sur coulis de courgette en mise en bouche

     

    L'Auberge Des Chenets

    Salade de germes et jeunes pousses, gambas à la plancha, fraîcheur de melon (pour moi)

    accompagnée d'un Chablis Premier Cru côte de Léchet, domaine Tremblay

     

    L'Auberge Des Chenets

    Foie gras de canard mi-cuit, vieux balsamique sorbet betterave (pour monsieur)

     

    L'Auberge Des Chenets

    Médaillons de veau, velouté aux morillons

    accompagné d'un Auxey-Duresses 1er Cru, Domaine Prunier-bonheur

     

    Nous avons continué avec un plateau de fromage superbe. Puis le dessert.

    L'Auberge Des Chenets

    Tartelette rhubarbe-fraise et sorbet

    accompagné d'un verre de Maury

     

    Pour terminer notre repas, Monsieur a commandé un café.

    Et qu'elle ne fut pas ma surprise quand j'ai vu qu'il était servi avec des mignardises pour nous deux. Une belle attention, à retenir ! Rares sont les tables le faisant.

    Une adresse à retenir, aux portes du Morvan.

     

     


    3 commentaires
  • Mon blog a déjà 5 ans !

    Au fil de ces années, j'ai pris grand plaisir à publier, partager mes recettes, mes ballades et mes dégustations.

    Un grand merci pour votre fidélité qui fait vivre mon blog.

    Une belle aventure, avec de charmantes personnes, que du plaisir.

     

    Anniversaire 5 bougies

     

    Parfois, je manque de temps, d'inspiration, même d'envie...

    Mais, pas de panique, je continuerai à vous faire découvrir mes recettes, mes voyages, mes bonnes adresses...

    Source photo : internet


    13 commentaires
  •  

    Facile et savoureux

    Ingrédients pour 2 personnes

     

    2 rouget barbet

    2 oignons jaunes

    1/2 poivron rouge

    2 gousses d'ail

    Thym du jardin

    300 gr de pommes de terre fermes

    2 tomates

    30 ml de vin blanc sec

    Huile d'olive

    Sel, poivre du moulin

     

    Rouget barbet & pommes de terre

     

    Laver et éplucher les pommes de terre. Les couper en rondelles d'un centimètre et cuire à l'eau salée jusqu'à ce qu'elles soient fondantes, environ 10-15 min. Egoutter.

    Dans une sauteuse, verser un filet d'huile d'olive et faire revenir les oignons émincés quelques minutes, ajouter le poivron émincé, 3 brins de thym et les gousses d'ail dégermées écrasées. Saler et poivrer, bien mélanger. Cuire pendant 3 min, puis déglacer avec le vin blanc et laisser réduire. Ajouter les tomates épépinées et tranchées en morceaux, et faire compoter le tout. Ajouter les pommes de terre et mélanger délicatement.

    Préchauffer le four à 200 °C.
    Arroser d'huile d'olive les rougets préalablement vidés et lavés, les assaisonner de sel et de poivre et les déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson.
    Enfourner les rougets 10-12 minutes, en les retournant délicatement à mi-cuisson.

    Dresser sur assiette chaude les rougets sur un lit de pommes de terre à la provençale.

     

    Rouget barbet grillé & pommes de terre au confit de tomates

    Je vous souhaite beaucoup de bonheur en ce jour de 1er mai frileux.


    6 commentaires
  •  Un vrai délice !!!

    Une recette que j'avais déjà testée et que j'ai refaite avec succès.

    J'ai même oublié de faire la photo, donc je vous présente une moitié de ce dessert.

     

    Ingrédients pour 10-12 personnes

    (Moule 22 x 30 cm)

     

    La dacquoise noisette

    90 gr de poudre de noisette

    100 gr de sucre glace

    100 gr de blanc d'oeuf

    35 gr de sucre

     

    Le croustillant praliné

    200 gr de pralinoise

    60 gr de crêpes dentelles

    40 gr de pralin

     

    La mousse au chocolat

    500 gr de chocolat noir

    833 gr de crème liquide

     

     

     

    Préparation

     

    La dacquoise noisette

    Battre les  blancs en neige très ferme et ajouter les 35 gr de sucre pour les serrer. Ajouter le sucre glace et la poudre de noisette. Mélanger délicatement et l'étaler sur une plaque recouverte d'une feuille de papier cuisson (avec la taille du moule tracée sur l'envers).

    Cuire 20 min à 165°c en faisant attention en fonction des fours ça cuit plus ou moins vite.

    Démouler sur le plat de service, puis placer le rectangle dessus. Couper les bords. La dacquoise se trouve à l'intérieur.

     

    Le croustillant praliné

    Mettre la pralinoise au bain-marie, une fois fondue ajouté les crêpes dentelles écrasées et le pralin. Etaler sur la dacquoise. Placer au frais.

     

    La mousse au chocolat

    Faire fondre le chocolat au bain-marie. Monter la crème liquide en chantilly très ferme et ajouter le chocolat. Mélanger délicatement et étaler sur le croustillant praliné. mettre le gâteau au frais au moins 3 heures. Enlever le moule et décoré.

    Le trianon se conserve jusqu'à 3 jours au frais.


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires